Les Nuits Photographiques de Pierrevert > du 17 au 20 septembre 2020

Édition 2017 des Nuits Photographiques de Pierrevert

9ème édition

EDITO

L’idée germait depuis longtemps dans l’esprit de Stéphane Kossmann, photographe professionnel, de créer un festival autour du huitième art.
La volonté de transmettre sa passion à un large public, et de rendre accessible à tous la culture de l’image, ont été le déclic pour le mettre en lumière.
Il contacte alors François-Xavier Emery, confrère et ami, pour le rejoindre dans cette aventure. « Les Nuits photographiques de Pierrevert » ancrent ainsi leurs racines profondes dans ce petit village perché du Luberon.
Elles voient le jour en 2008, regagnées par un nid de passionnés locaux de l’image partageant les mêmes objectifs.
La première édition est une belle réussite, placée sous l’œil protecteur du grand Peter Knapp, qui parraine l’événement et le révèle. Trois jours et trois nuits dédiés à l’image, où le village se transforme en une magnifique galerie à ciel ouvert : les expositions s’installent dans les lieux préservés et insolites du patrimoine local. La nuit fait place à l’écran blanc qui lance, sous un autre angle, des séries de clichés d’artistes talentueux et à découvrir.

Au fil des éditions, la manifestation gagne en succès, à en juger non seulement par la participation grandissante du public chaque année, mais aussi par la qualité des sélections du jury. La richesse de ce festival est l’esprit de convivialité et de partage qui y règne : les artistes sont hébergés chaleureusement par les Pierreverdants, les festivaliers peuvent parler librement avec les photographes, qui, reconnus ou en devenir, échangent leurs points de vue. Accessible à tous et entièrement gratuit, il perdure depuis 6 ans grâce à l’investissement de nombreux bénévoles. Son point de mire est de lever le voile sur la découverte de talents aux nouveaux horizons tout en croisant le regard des grands du huitième art..
Le festival s’est déroulé sur 3 jours, du 27 au 30 juillet 2017.

Chaque soir à lieu le vernissage d’une exposition suivi à la tombée de la nuit, d’une projection en plein air d’une quinzaine de photographe devant un large public. Chaque photographe sélectionné et invité à Pierrvert, accueilli bénévolement chez les villageois pendant toute la durée du festival.

Les gagnants 2017

Prix du jury:

  • 1er prix: Lionel Jusseret «Kinderszenen»
  • 2ème prix: Irène Jonas «Sur la route»
  • 3ème prix: Benjamin Le Brun «Centre de loisirs»
  • Mention spéciale à Frédérique Félix-Faure pour «Il ne neige plus»

Prix du public:

  • 1er prix: Marie Mons «Identity »
  • 2ème prix: Sylvain Héraud «Demeures invisibles»
  • 3ème prix: Hervé Vincent «Les femmes du Sahel»

Le jury était présidé par Issiaka Touré, conseiller artistique à New York

 

René Groebli, parrain de l’édition 2017

Adepte du noir et blanc, il est considéré comme l’un des pionniers de la représentation du mouvement par la technique du flou. L’utilisation qu’il fit de techniques novatrices, notamment du « dye-transfer » et de la lithographie en couleurs, dont témoignent les ouvrages Variation (1965) et Variation 2 (1971), lui ont valu une renommée internationale.

Fils d’Emil Groebli, qui exerce la profession de fondé de pouvoir1, René Groebli a grandi dans le quartier Enge à Zurich, où il effectue ses études secondaires au Langzeitgymnasium. Il entreprend ensuite des études à la Oberrealschule, un lycée à vocation scientifique, qu’il abandonne au bout de deux ans pour commencer un apprentissage de photographe avec Theo Vonow à Zurich en 1944. Lorsque son professeur retourne s’installer dans le canton des Grisons, il entre, au printemps 1945, en classe préparatoire de la Haute École d’art de Zurich, et s’inscrit par la suite dans la classe de photographie, où il va suivre, jusqu’à l’été 1946, l’enseignement sous la direction de Hans Finsler et Alfred Willimann. Ernst Scheidegger et Anita Nietz étaient ses condisciples.

En septembre 1946, Groebli commence une formation de directeur de la photographie et cameraman documentaire chez Central Film et Gloria Film Zürich. Il obtient son diplôme à la fin de 1948, mais il n’exerce plus, par la suite, sa profession de directeur de la photographie.

En 1947, il remporte le troisième prix d’un concours organisé par le magazine suisse Camera avec sa série « Karussell. » Il commence alors une carrière de photographe indépendant et collabore avec l’agence Victor-N. Cohen à Zurich. Il effectue son premier voyage à Paris en 1948 et achète son premier Leica en 1949.

À partir de 1949, Groebli travaille comme photojournaliste et effectue des reportages pour l’hebdomadaire Züri-Woche, puis pour le bureau londonien de l’agence américaine Black Star, notamment en Afrique et au Moyen-Orient…

Denis Brihat s’expose à Manosque

Grande exposition à la fondation Carzou à Manosque du 24 Juin 2017 au 24 Septembre.
L’exposition présentée par les Nuits Photographiques de Pierrevert et la Fondation Carzou,
grâce au concours du service de développement culturel de Durance, Luberon, Verdon,
Agglomération, retrace la carrière du photographe au travers d’une soixantaine d’oeuvres qui
ont marqué son parcours.

Une sélection de photographies de l’Inde : le voyage qu’effectua le photographe en 1955 fut déterminant dans sa vie ; il l’a enrichi philosophiquement et continue
encore de l’habiter : portraits, scènes de vie. Une Inde intemporelle…

Le jury 2017

  • Issiaka Touré, Président du jury 2017, Conseiller artistique – New-York.
  • Philippe Pasquet, PDG de Première Vision – Paris.
  • Fatima Mazmouz, photographe, Marraine des Nuits photographiques d’Essaouira 2017 – Paris.
  • Mark Hammond, producteur, réalisateur, photographe – New-York.
  • Pierre Koest, philosophe, auteur de livre – Pierrevert.
  • Roland Laboye, photographe – Montpellier.
  • Pierre Monnard, réalisateur documentaire, séries, lms – Zurich.

Aleksey Myakishev, artiste en Résidence

Photographe russe indépendant, Aleksey Myakishev s’inscrit dans le courant de la photographie humaniste. Autodidacte, il a appris la photographie en étudiant, du temps de l‘URSS à la bibliothèque municipale, des ouvrages sur la peinture…. 

12 EXPOSITIONS

Manosque

  • 01 – Denis Brihat ≈ Fondation Carzou Manosque – (Photographies).
    02 – Caroline Hanny ≈ Galerie Fred Manosque – (Pierre et le Loup).

Montfuron

  • 03 – Marie Mons ≈ Chapelle Montfuron – (Aurore Colbert).

Pierrevert

  • 04 – Roland Laboye ≈ La Blaque – (Portugal).
  • 05 – Sylvain Heraud ≈ Chapelle de Régusse – (Les Demeures invisibles).
  • 06 – Lionel Jusseret ≈ Ste Marguerite – (Kinderszenen).
  • 07 – Vincent Beaume ≈ Golf et salle polyvalente – (Le Chemin).
  • 08 – Collectif 6 ≈ Frâche Haute, mur extérieur Salle polyvalente – (Vincent, Jean-François, Léonard et les autres…).
  • 09 – Béatrice Augier ≈ Cave des vignerons Petra Viridis – (Partage de plage) 10 – Arnaud Marchais ≈ Salle polyvalente – (Territoire du Nord).
  • 11 – Marie Calmes ≈ Salle polyvalente – (Prélude urbain, épilogue Phocéen).
  • 12 – Vanessa Gilles ≈ Salle polyvalente – (Dosta «Paroles et mémoires de femmes tsiganes»).
  • La Mairie expose au Musée de la vigne et du vin ≈ Le temps de la vigne photographies de Louis Plantier

Retour en images sur l’édition 2017

Shares
Share This